Le Rilsan : Un polyamide

Qu’est-ce que le rilsan polyamide ?

Voilà 60 ans qu’en France a été découvert le Rilsan®, nommé aussi polyamide 11. Il s’agit de l’un des 1ers polymères biosourcés très résistants quand on parle de résistance chimique. À la base, un dérivé de l’huile sert à le préparer. Au bout du procédé, des fibres supérieures de haute résistance sont apparues et sont entrées en compétition avec les nylons et principalement avec des plastiques spécialisés très employés dans l’industrie plastique avec des fabrications à haute température de pièces pour les machines joignant la finesse à la solidité.

Il fait partie de la catégorie des polymères de haute performance de la famille des polyamides trouvée par 3 chimistes de la firme Organico appartenant à la Fabrique des Produits chimiques de Thann et Mulhouse (Michel Génas, Joseph Zeltner et Marcel Kustner). Ces derniers ont entrepris des expériences sur le Rilsan un peu avant le deuxième conflit mondial à la suite de la découverte du nylon.

Découverte du Rilsan

Organico, qui œuvrait en chimie organique, employait l’huile de ricin résultant du compressage des semences de ricin reconnues dans l’Antiquité pour ses propriétés laxatives et comme produit de beauté. Elle était employée comme lustre et également en tant que produit de lubrification dans le domaine des mécaniques automobiles du passé.

Composition du Rilsan polyamide

Sur le plan chimique, cette huile est un composé de triglycérides (voir Glycérol) qui contient plus de quatre-vingt-cinq pour cent d’acide ricinoléique, nommée différemment l’acide (9Z, 12R)-12-hydroxyoctadéc-9-énoique. À l’aide de sa transestérification par le méthanol et du craquage, il est obtenu, à la suite d’une distillation, l’œnanthal (ou heptanal), fondement du jasminol entrant dans la confection des parfums et l’undécylénate de méthyle résultant d’une hydrolyse conduisant à l’acide undécylénique, le pont vers le rilsan 11. Celle-ci, possédant une liaison bilatérale en posture définitive, permis aux chimistes de fabriquer à l’aide d’une condensation le polyamide 11, donnant la possibilité d’obtenir une fibre artificielle inédite à des températeures élevées.

Fabrication et caractéristique du Rilsan

Durant la deuxième guerre mondiale, entre 1940 et 1944, les recherches d’Organico, réinstallée à Salindres (Péchiney), permirent de construire un chemin réactionnel original suivant la structure suivante : Huile de Ricin – Alcoolyse – Craquage – Hydrolyse – Distillation – Acide undécylénique – Hydrobromuration – Amination – Acide 11- Aminoundécanoïque – Polycondensation. La réponse de polycondensation fit apparaître des granules, des poussières ou un filament appartenant à la catégorie des tissus.

Le polyundécanamide 11 fait voir un point de fusion autour 184 °C. En 1947, on en produisit 1 tonne à des fins d’appréciation de ses vertus aux États-Unis par la National Plastic Product. Après que ses propriétés furent admises et motivantes, il acquit son appellation d’après le nom de la rivière Risle.

En 1955, l’usine de Saint-Menet, manufactura près de cent tonne puis des milliers de tonnes de polymère alors que le Cerdato à Serquigny fabriquait le monomère. Cette fibre très aérienne, presque insensibles à l’eau, plaisante à porter et anti allergène fût vite stoppé dans les années 70 du fait d’un coût de fabrication supérieur de 30 à 50 % à ceux du nylon.

Quelles sont ses applications ?

Durant ce temps, les applications pour les plastiques techniques s’étaient admirablement épanouies, et s’étaient accrues dans l’industrie automobile à travers les tableaux de bord des DS 19 originales à cause de la satisfaisante régularité au-delà de 185 °C, de la simplicité de procédure par infiltration, extrusion, extrusion-soufflage, moulage et revêtements. Ceci permit la confection de nombreuses pièces comprenant même celles de type mécanique, et également en rivalité avec l’acier.

Sa finesse, son endurance au choc et à l’eau et aux solvants en font un plastique de grande performance pour le collier de serrage plastique, le collier rilsan, pour le serre câble de type serflex, le fusil Famas, les bacs de batteries, les engrenages, les selles de vélo, le pneumatique. Le rilsan est idéal aussi pour les canalisations d’essence pour l’auto, les boyaux d’air comprimé, les pipelines pour l’exploitation off – shore de l’or noir, les enveloppes de pièces en métal pour leur résistance à la corrision, et bien d’autres choses.